Et mes yeux se sont fermés – Patrick Bard

J’ai été prête à donné non seulement ma vie mais, bien pire, celle des autres.

 

Titre : Et mes yeux se sont fermés

Auteur.e : Patrick Bard

Maisons d’édition : Syros / PKJ

Nombre de pages : 198

Résumé : A priori, Maëlle n’est pas différente des autres filles de seize ans. Cette année-là, elle passe de plus en plus de temps sur Facebook, abandonne le sport, modifie sa façon de s’habiller, quitte son petit ami… Sans hésitation ni compromis, elle prend un virage à 280 degrés. C’est pour, croit-elle, sauver le monde qu’elle rejoint l’organisation Daech. Un an plus tard, pourtant, Maëlle revient de Syrie.

Ce que j’en ai pensé : J’ai acheté ce roman lors de mon passage au salon du livre de Montreuil sur le stand de PKJ. J’ai d’abord été attirée par la couverture puis par le titre et enfin par le résumé. Un sujet tellement actuel mais encore tabou, qui fait peur. La radicalisation. Je suis un peu comme tout le monde, je me demande comment on peut se laisser endoctriner là-dedans. Je ne dis pas que le livre nous apporte une réponse à nos questions mais, le roman est construit intelligemment pour ne pas épargner un point de vue et c’est ce qui m’a conquise.

Ce qui m’a un peu dérouté au début c’est que je n’avais pas l’impression de lire un roman justement. Tout ressemble à un documentaire car chaque chapitre est d’un point de vue différent. D’abord Maëlle qui nous raconte comment les choses ont pu arriver jusque là, puis son mari, sa mère, des connaissances, des professionnels … Tous les points de vue sont abordés dans ce livre, même celui de Daesh. On sent que l’auteur s’est beaucoup documenté pour l’écrire. Alors si au début j’étais un peu perdu, rapidement j’ai voulu savoir ce que pensait les gens. Je me suis retrouvée dans certains points de vue, notamment la mère. Est-ce parque je suis moi-même maman? Toutes les sensibilités y sont décrites.

Le chapitre qui m’a le plus touché est le premier de Redouane. On comprend le titre à la toute fin. Un chapitre plein d’humanité où l’on comprend que finalement d’une idéologie commune, les chemins prennent souvent des ramifications différentes. C’est comme dans tous mouvements finalement: une idée de base, des pacifistes et des plus virulents. La société actuelle est ainsi, il suffit de voir ce qui se passe en ce moment dans nos villes. Mais là n’est pas la question. Mes larmes ont coulé à la fin de ce chapitre. Pas seulement de tristesse mais aussi de frustration pour eux …

Pour moi ce roman met en lumière beaucoup de sujets brûlants et d’actualités ! La radicalisation qui est la base du roman finalement. Cette jeune fille qui change du tout au tout et qui se fait enrôler dans quelque chose que finalement elle ne maîtrise pas. Mais aussi en Syrie, toute la tension qui monte et qui franchit le cap de la haine. Le sujet est ici traité sobrement, sans prise de position de l’auteur. Il ne pointe personne du doigt en hurlant son indignation. J’ai pris le livre plus comme un moyen de comprendre cette jeune femme qui est le reflet de ce qui se passe.

Mais le réel sujet à mes yeux, c’est le soucis des médias et des réseaux sociaux ! Les médias d’abord qui montrent à la télé les images qui vont marquer, qui vont heurter. Des images pour forger l’opinion des gens. Moi je suis plutôt du genre à me dire que des deux côtés il y a des tords même si je condamne fortement tous les attentats que je ne comprends pas. Assez ambiguë comme l’est la situation.  Mais montrer à la télé des vidéos d’enfants morts, de violence quotidienne peut révolter. Je peux alors comprendre qu’un esprit un peu « justicier » puisse se faire enrôler pour « sauver le monde ». Les images ont parfois plus de pouvoir que la parole … Chacun les interprète comme il le souhaite et ça peut vite être une arme dangereuse. Mais encore plus dangereux : les réseaux sociaux ! Et le livre met bien le doigt dessus. Il n’y a qu’à voir la facilité avec laquelle Maëlle entre en contact avec l’organisation Daesh … Comme dis plus haut je suis maman et pour le moment je refuse que mon fils ai Facebook ou tout autre réseau social. Je ne pourrais pas toujours l’en empêcher mais j’essaie de l’épargner encore un peu.

Pour conclure ce livre a été pour  moi un petit coup de cœur. Même si le format m’a quelque peu bousculé au début, j’ai aimé suivre tout ça au travers de plusieurs points de vue. Généralement dans un roman on connait la version des « héros », là tout le monde y passe ce qui donne une dimension encore plus réaliste. Les sujets sont traités de manière respectueuse et sobre. Je vous le recommande !

Pourquoi le lire : Pour le sujet d’actualité, pour la plume de l’auteur, pour comprendre ne serait-ce qu’un peu. Tout simplement parce-que c’est un livre à lire

Pourquoi ne pas le lire : le format plus documentaire peut gêner, si le sujet de base vous laisse indifférent

Ma note : 4,5/5

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *